REVIEW – Barry Seal de Doug Liman

REVIEW – Barry Seal de Doug Liman

Tom Cruise et Doug Liman, deuxième épisode. Après avoir collaboré ensemble sur l’excellent Edge of Tomorrow, film de Science-Fiction pour le moins atypique, ils réitèrent dans un genre totalement différent avec l’histoire rocambolesque de Barry Seal

Nous sommes en 1978, la guerre froide bat son plein et la rivalité entre américains et russes s’accroit particulièrement en Amérique centrale. Pilote américain au service de la TWA, Barry Seal se fait approcher par les services secrets pour réaliser des missions d’espionnage dans cette région. Rapidement, la situation se complique et Barry Seal se retrouve à travailler pour les cartels de drogue, amassant au passage des sommes astronomiques d’argent liquide.

Évitant le plan du film froid et assommant, Barry Seal se révèle rapidement être un thriller à la cool, choisissant d’aborder l’histoire de façon légère sans pour autant oublier le contexte bouillant de l’époque. A l’aide de petits animés, ici et là, et de la voix off de son personnage principal, Doug Liman nous plonge parfaitement dans l’époque,  les magouilles hallucinantes du gouvernement américain, sans jamais tomber dans la leçon d’histoire rébarbative. Montage frénétique, colorimétrie chaleureuse, la réalisation est efficace et dessert parfaitement la vie à cent à l’heure mené par Barry Seal.

Bien loin de ses films d’actions récents, Tom Cruise trouve ici un rôle lui permettant de faire valoir d’avantage ses qualités d’acteurs. Il apporte immédiatement un cachet sympathie à un personnage pour le moins singulier, maîtrisant à merveille le rôle d’agent double avant de finir totalement débordé par les événements.

Le film offre une première heure réjouissante pleine de rebondissements et nous entraîne habilement dans la spirale infernale vécu par Barry Seal. C’est après que ça se complique un peu, faute à un scénario qui peine à se renouveler. Le film s’effrite inexorablement dans une dernière partie plus convenu ayant tendance à s’étirer inutilement. On pourra également reprocher au film des seconds rôles manquant de profondeur. Que ce soit l’antipathique agent de la CIA, un Pablo Escobar pas toujours très convaincant ou encore la jolie épouse façon poupée américaine, aucun de ces personnages ne suscite vraiment le moindre attachement.

Reste que Barry Seal s’avère au final être bien meilleur que ce qu’il laissait présager. L’insubmersible Tom Cruise est encore capable de se détacher des figures de ‘super héros’ qui lui collaient à la peau depuis quelques films. Doug Liman a trouvé le ton juste pour aborder son histoire et on pardonnera aisément les quelques défauts cités, un bon moment de cinéma, ni plus, ni moins.

 

A propos de Vincent

Vincent
Féru amateur de musique et de cinéma, il ne se contente pas d'écouter un genre précis mais a une ouverture globale rare.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

*

BIGTheme.net • Free Website Templates - Downlaod Full Themes