REPORT – Une garden party sous le signe de mère nature
Octave Parango aux platines

REPORT – Une garden party sous le signe de mère nature

Marre de sortir dans des salles obscures pour écouter de l’électro ? Direction une garden party ! Pour la quatrième année consécutive, le temps d’un dimanche après-midi la faune et la flore du Jardin des Plantes ont résonné aux rythmes de douces vibrations.

Tome IV – Ascension, un titre prouvant l’envie de s’améliorer, et de porter ce rendez-vous annuel en essayant sans cesse de l’améliorer. Après les critiques émises à la sortie du Tome III dû au record d’affluence, notamment sur les problèmes de débit au bar, du temps pour pénétrer dans l’enceinte de l’évènement et du flux au sein même du lieu, les lutins du Jardin ont mis bouchés doubles afin de palier à ces problèmes.

On retrouve la sève du Jardin, ne reniant pas son origine. Le lieu est vraiment mieux pensé, les bars placés à l’écart dans le fond, libérant de la place pour le dancefloor. Les pompes à bières sont bien plus performantes, et permettent un débit adapté à la foule. On retrouve toujours un espace plus chill au milieu du champs de pierres, où à ses abords on peut se faire masser ! La scène, située en haut d’un muret en arc de cercle offre à chacun la visions sur les artistes.

Malgré tout, on entend déjà quelques voix râler, et épier l’évènement. Certes il n’y a pas autant de cabines de WC qu’on voudrait, qu’il faut faire un peu la queue pour avoir une bière à l’heure de pointe, et que l’entrée peut paraître longue (dues à des mesures de sécurités imposées). Mais ça reste un rendez-vous gratuit, un peu atypique, et une programmation intéressante !

Intéressante à bien des niveaux ! Par la mise en avant de talents majoritairement locaux, par le parcours d’un large spectre de l’électro avec une progression pensée, et par le renouvellement chaque année de l’ensemble de celle-ci. Arrivé sous les coups de 15h, j’ai loupé la disco-house de MBKONG, et la micro-house de Laura Zamrowski. Le collectif Gaazol est aux platines, avec ses trois membres Crisna, Molek, et Yamos. Ils œuvrent à câliner nos oreilles à l’aide d’une micro-house. On se sent transporté par une électro sans trop de basse, relativement douce convenant parfaitement pour le chill de l’instant présent. Une entrée en la matière qu’on ne pouvait espérer mieux !

Avgusto et sa techno froide

Octave Parango changera de registre, amenant une techno voyageuse. Résident au Baron, le jeune producteur lillois maîtrise déjà comme il faut l’art du mix. Ses rebondissements entre techno froide et envolées plus lyriques fonctionneront à merveille ! Dès les premières notes résonnant dans le jardin, on comprend que la palette d’expression d’Avgusto va être beaucoup plus froide. Et pour cause, le DJ provient directement de la capitale allemande tant connue pour sa techno glaciale. Bien qu’intéressante, je trouve sa musique un poil trop terne et violente pour une fin d’après-midi. La dernière partie du set plus axé acid permettra cependant une transition réfléchie vers Kamaz et son projet LOA. Offrant un set psytrance pour conclure cette après-midi, c’est une véritable surprise de programmation. Le parti pris est intéressant, et réjouira une assez grande partie du public amateur du genre !

On ne peut retenir que le positif de ce rendez-vous fortement recommandé. Le projet apprend, évolue, tout en gardant son ADN. Un chouette rendez-vous qu’on attend avec impatience chaque année. Pousse, pousse petit jardin, on te soutient. <3

Texte et photos par Gauvain

A propos de Gauvain

Gauvain
Fan de festival et d'électro. Toujours à l’affût de nouvelles découvertes. Ne crache pas non plus sur une bonne bouffe.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

*

BIGTheme.net • Free Website Templates - Downlaod Full Themes